Nouveauté

Livre: L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

» Tous les livres

Publicité

Apprivoiser son cheval, mais encore…

La flexion d'encolure

Les trois principes de John Rarey

Principe d'obéissance : de nature égocentrique et donc incapable de se mettre à la place de l'autre, le cheval est naturellement de bonne volonté, dans la mesure où l’on respecte sa nature.

Principe de douleur : tant qu'il n'a pas mal, le cheval peut tout supporter.

Principe de force : tant que le cheval n'a pas testé sa suprématie, il ignore qu'il est plus fort que son cavalier.

Le paradoxe du travail cavalier

Il s'agit de sortir d'une équitation de techniciens et de comprendre les tenants et les aboutissants de nos interventions.La règle normale est de finir le travail que l'on a commencé. Elle est dans la nature du prédateur : aller jusqu'au bout de son action.

En équitation, c'est le contraire. L'action s'engage avec toute la concentration et le doigté nécessaire à son exécution mais on ne la termine pas. Soit que le cheval y réponde positivement et il y a lieu alors de le laisser faire puisque c'est lui l'exécutant. Soit qu'il s'y oppose, et comme nous refusons le conflit, il y a lieu alors de s'arrêter immédiatement pour que le cheval rentre le moins possible en tension, et de recommencer.

Tout ceci ne peut se faire que si cavalier et monture sont tous deux détendus.

Main accompagnante et main fixe (en barrière)

Main accompagnante = main en descente. Cette main, liée à la bouche du cheval, est silencieuse. Le cheval est alors dans une situation de confort.

La main fixe est une main qui parle, elle demande un mouvement et un positionnement. D’une part elle propose (et ne soumet pas), d’autre part elle évite l’appui constant.

Les équilibres longitudinaux du cheval

… plus quelques rappels concernant le contrôle de ces équilibres :

…et le langage du mors (de filet) :

L’action du mors sur la commissure des lèvres relève le bloc tête-encolure et provoque le ralentissement. Plus discrète, elle décontracte la mâchoire.

L’action du mors sur les barres demande une cession de nuque.

  • Parcours & bibliographie
  • Liens & relations
  • Plan du site
  • Retrouvez Stéphane Bigo sur facebookRetrouvez Stéphane Bigo sur Facebook

Texte © Stéphane Bigo – Photos © Véronique ou Stéphane Bigo

Tous droits réservés 2006-2017 – mise à jour du 10 janvier 2006

Règles de confidentialité – Conception, réalisation et mise à jour : Gérard Barré

Valid XHTML 1.0 StrictValid CSS!Alsacréations