Nouveauté

Livre: L'équitation de légèreté par l'éthologie par Stéphane Bigo

» Tous les livres

Publicité

Anne et Quali : Peur d’une cabane

Bonjour. Auriez vous la gentillesse de m'aider pour le problème suivant : J'ai acheté Quali, une jument Lusitanienne de 9 ans. Je me promène en extérieur toute seule avec elle, mais je me méfie car elle est de nature anxieuse : une jeunesse à la dure sans doute. La plupart du temps je suis rênes longues, au pas comme au trot.

Hier, elle a refusé de passer à coté d'une cabane en tôles ondulées (mais le même pb s'est produit un autre jour devant un engin agricole). Blocage, demi tour. Je l'arrête, elle demande les rênes, que je lui accorde, je la laisse observer la cabane un petit moment, puis j'ajuste les rênes et lui demande d'avancer. Elle fait 2m en avant puis blocage et rebelote. A la troisième fois, blocage total, refus d'avancer. Ultime solution : je mets pied à terre. Je réussis à avancer encore de 3m, puis blocage de nouveau. Au bout de 5 mn je n'ai pu passer que parce que 2 VTT sont arrivés, tout doucement, et elle les a suivi. Les deux messieurs en VTT m'ont même aidée à me remettre en selle.

Aurais-je dû passer plus de temps pour la convaincre d'avancer ? Je vais retourner à cet endroit là dans les prochains jours, est-ce que je risque le blocage total encore une fois ? Elle a beaucoup de mémoire et qu'a-t-elle pu retenir de cet épisode ?

Merci pour vos conseils. Avril 2006

Ma réponse

D'une manière générale, votre jument étant d'une nature anxieuse, a peut-être besoin de se sentir plus en confiance avec vous qu'elle ne l'est actuellement. Il est probable que si elle participait avec vous à un de mes stages, elle intégrerait mieux les notions de respect, d'attention, de confiance qui lui manquent peut-être. De plus, vous deviendriez sa zone de sécurité et il y a gros à parier qu'elle vous ferait plus confiance devant des cabanes ou autres dragons que la nature ne manque pas de mettre sur sa route.

Ceci dit, pour ce problème particulier, essayez la solution suivante. Vous la conditionnez d'abord (près de son écurie par exemple) à avancer à pied à côté de vous en utilisant un stick de dressage. Son but sera de la faire avancer lorsque vous le lui tapoterez sur sa croupe.

Réalisation pratique : Vous êtes à côté d'elle à hauteur de son épaule (à sa gauche par exemple), vous tenez sa rêne gauche dans la main (à une trentaine de centimètres de sa bouche) et vous lui dites marche pendant que vous-même esquissez un pas en avant (pour qu'elle démarre avec vous). Si elle refuse d'avancer, vous levez le stick que vous avez dans la main droite (vous le tenez à la manière d'une raquette de tennis) et vous lui tapotez la croupe. Dès qu'elle démarre, vous cessez l'action du stick et vous marchez à côté d'elle. Répétez cet exercice jusqu'à ce qu'elle l'ai bien assimilé.

Une fois devant la cabane, si elle ne veut toujours pas passer devant, mettez pied à terre et demandez-lui de passer avec ce procédé. Si elle refuse toujours, rappelez-lui que vous êtes sa dominante en lui chassant vivement les hanches avec votre stick pour lui faire faire un demi-tour sur place (en tenant fermement la rêne gauche dans votre main). Une fois ce rappel à l'ordre effectué, remettez-la dans le calme (en attendant suffisamment tout en la caressant) et redemandez-lui de passer devant la cabane, toujours avec le même procédé.

Avec le calme et la détermination nécessaires, vous devriez obtenir le résultat escompté.

Confirmez cet acquis en la faisant repasser plusieurs fois devant la cabane dans un sens et dans l'autre. Bonne chance... et merci d'avance de me faire part de vos résultats.

Bien à vous

Suite à cette première prise de contact, Anne-Françoise m’exprime un souhait :
Je cherche un professionnel de l'éthologie qui accepterait de venir passer une journée avec ma jument et moi pour nous éduquer toutes les deux. Ce que je souhaite, c'est du "sur-mesure" adapté à nous deux.

Une journée d'éducation

Je lui propose de venir dans son club en mai à l’occasion d’un de mes passages à Paris. En mai après la journée de travail, Anne-Françoise m’écrit :
J'ai passé une journée passionnante et il ne me reste plus (!!!) qu'à appliquer régulièrement les principes et exécuter les exercices que nous avons vus.
J'ai essayé, ci-dessous de résumer le contenu de cette journée, chronologiquement. J'ai sûrement oublié certaines choses, peut-être aussi interverti certains exercices. Pouvez-vous y jeter un coup d’œil et me dire ce qui manque ?
Le contenu de cette journée a parfaitement répondu à mes attentes, et beaucoup plus encore. J'ai pu apprécier votre savoir faire et votre patience. J'ai appris aussi à mieux connaître ma jument et j'espère arriver à construire une vraie relation avec elle. Je vous tiendrai informé de nos progrès mutuels.

Ensuite

Tout va bien. J'ai recommencé certains exercices avec Quali et si je m'exprime bien, elle comprend parfaitement. J'ai également essayé avec une autre jument, et cela s'est très bien passé aussi. Je manque sans doute un peu d'assurance, mais cela viendra.

Puis, fin mai

Quali fait de gros progrès, et moi avec. Jeudi elle a fait un blocage en apercevant dans la forêt une grosse remorque chargée de troncs. J'ai appliqué la méthode que vous m'aviez conseillée, c.a.d. mettre pied à terre, demander un chassé des hanches avec le stick qui tape le sol à hauteur des postérieurs (car d'abord elle ne voulait pas avancer à côté de moi) puis demander la marche en avant dans le calme. Cette fois, elle a marché sans hésiter, nous avons fait le tour de la remorque plusieurs fois à pied puis en selle, avec beaucoup de caresses, sans plus d'inquiétude de sa part.
Dimanche, j'ai voulu repasser au même endroit. Cette fois-ci elle a à peine jeté un coup d'oeil circonspect à la remorque et nous sommes passées au pas, rênes posées sur l'encolure, dans le calme. Quelle mémoire phénoménale! Il a suffit de faire cet exercice une seule fois, et elle s'en est souvenu 3 jours plus tard!
La monitrice du club a constaté que le comportement de Quali a changé depuis que j'effectue du travail à pied avec elle. Elle est beaucoup plus sereine, moins anxieuse. Visiblement cela lui fait beaucoup de bien. Elle commence à me faire confiance. Ma propre confiance en elle s'en trouve accrue également car elle devient plus fiable et moins imprévisible.
Il m'est arrivé, pour la première fois, de faire du galop rênes longues, sans qu'elle accélère.
Remarque : La dernière remarque est importante. Le galop équilibré rênes longues est la manifestation de la confiance que porte le cheval à son cavalier. Un premier pas vers le petit galop rassemblé rênes longues qui, avec les pas de côtés et le reculer rênes semi-tendues, est l’expression d’une excellente éducation.

Et la cabane, me direz-vous ? Anne m'écrit : "Hier, Quali est passée à côté de cette cabane, tranquillement, en lui jetant un regard un peu craintif, faisant mine de s'écarter en marchant, mais rien de comparable à la première fois. Je l'ai arrêtée à côté et elle s'est mise à brouter sans plus s'en occuper, puis nous avons continué notre chemin. Tout s'est très bien passé."

  • Parcours & bibliographie
  • Liens & relations
  • Plan du site
  • Retrouvez Stéphane Bigo sur facebookRetrouvez Stéphane Bigo sur Facebook

Texte © Stéphane Bigo – Photos © Véronique ou Stéphane Bigo

Tous droits réservés 2006-2017 – mise à jour du 28 août 2006

Règles de confidentialité – Conception, réalisation et mise à jour : Gérard Barré

Valid XHTML 1.0 StrictValid CSS!Alsacréations